Ph_21mars2014_B_8h50

Ce matin 21 mars 2014 à 8h50 le Panneau était recouvert par un bandeau "Mouna Viprey" et côté à côte une affiche de la candidate Manon Laporte et l'autre de la candidate de la liste "Elire Montreuil", Mouna Viprey. On distingue dessous un morceau d'affiche du candidat Front de gauche, Patrice Bessac, et surtout la grande affiche-portrait du candidat Ibrahim Dufriche Soilihi.

Ph_21mars2014_B_10h30

A 10h30 en partant vers un rendez-vous professionnel j'ai pris cette photo du panneau recouvert par les affiches du candidat "Montreuil j'y crois", Jean-Pierre Brard. A mon retour au Parc Montreau à 14h30, le panneau n'avait pas été modifié. Mais à 17h30 en allant prendre le Bus 122 le panneau avait changé de "couleur".

PH_21mars2014_B_17h20

L'affiche du candidat officiel du Parti socialiste, Razzy Hammadi occupe le haut du panneau. Les affiches précédentes de J.P. Brard ont été arrachées, laissant réapparaître le visage de Mouna Viprey. Celui de Manon Laporte a été emporté avec l'affiche de "Montreuil j'y crois".

Cela risque de changer encore dans la soirée et demain toute la journée jusqu'à minuit, heure à laquelle, suivant la loi, les candidat-e-s en lice n'ont plus droit de coller. Devant les bureaux de vote les panneaux électoraux ont été installés et ont accueilli dans l'ordre (après  tirage au sort) les affiches de toutes les listes concurrentes au 1er tour de l'élection municipale. Ces panneaux officiels donnent généralement lieux à diverses expressions allant de l'arrachage pur et simple, aux graffitis de toutes sortes (du plus insultants et grossiers généralement réservés aux candidates aux plus outranciers voir racistes et xénophobes), en passant par quelques opinions inscrites au marqueur elles aussi des plus variées, des plus terre à terre à celles exprimant un vrai point de vue politique.

Alors que le panneau d'expression libre est un des lieux de l'affrontement électoral entre colleurs concurrents et/ou adversaires, le panneau officiel semble plus accueillir et témoigner de l'affrontement entre les "partisans" et militant-e-s des différentes listes. La "dégradation" de l'affiche du panneau officiel participe de cette lutte électorale durant laquelle tous les coups sont permis, d'autant plus qu'elle garantit l'anonymat. Cette dégradation par l'ajout sous forme d'un dessin, d'un mot, d'une phrase, et qui peut demeurer le jour du scrutin joue-t-elle sur l'électrice/l'électeur se rendant au bureau de vote? Ne réaffirme-t-elle pas un peu plus le choix décidé par 2 électeurs/trices sur trois au moment ou il se rend à son bureau de vote? La dégradation peut susciter le rire par son caractère moqueur, le dégoût, la confirmation d'une opinion : une moustache hitlérienne sur le visage de J.M. Le Pen confirme l'électeur/trice de gauche et d'extrême gauche, que le FN est un parti qu'il/elle considère comme fasciste. Dès lors, la dégradation de l'affiche déstabilise-t-elle l'électeur/trice qui se rend aux urnes? C'est peu vraisemblable.